top of page

Vortex de la naissance

J’ai découvert Karine @quantikmama quelques mois après la naissance de ma fille. Karine La fait partie de ces femmes qui transmettent les secrets de la naissance sacrée. À travers son approche quantique, elle diffuse son savoir et redonne pouvoir et puissance aux femmes pour enfanter de façon physiologique.

© rebornfromwithin


Selon ses dires, pour mettre au monde un enfant, nous avons besoin de quitter la réalité, de partir vers un "ailleurs" et pour s’y rendre la femme traverse de multiples énergies et sensations à travers son vortex.


La nidification : Dans le 3ème trimestre la femme prépare son nid. Toute son attention est tournée vers l’arrivée du bébé.


L’embarquement : L'embarcation peut durer des semaines. L’enfant peut l’énerver, c’est normal. Le cocktail hormonal joue son rôle. La naissance s’approche, elle entre dans son vortex et se connecte à son instinct animal.


Lever le voile : La mère s’en va. Elle sent que son bébé arrive. Son regard est de plus en plus absent. C’est intense, les vagues sont puissantes. Lorsque la femme enfante avec des personnes en qui elle a confiance et qu’elle a choisi, elle pourra ouvrir les yeux pour se reconnecter à ces regards bienveillants si la peur se fait sentir. Ces personnes lui souffleront alors au creux de l’oreille des mots galvanisants : “C’est beau”, “Tu le fais”, “Tu es forte, tu gères parfaitement”...


L’étape entre les mondes : La femme danse, bouge, se met à quatre pattes, test les sensations, cherche des positions…


Le sommet : cette phase (appelée aussi la phase de désespérance) correspond à la période où la femme peut penser qu’elle n’en peut plus, qu’elle va mourir, que son corps est en train de se déchirer. Au sommet de son vortex, ses personnes de confiance sont là pour lui rappeler et l’accompagner : “Tu es à ton sommet, va puiser dans tes forces, connecte-toi aux femmes du monde qui enfantent, tu as toutes les capacités en toi pour donner naissance à ton bébé, tu vas le faire, tu n’es pas en train de mourir, ton bébé arrive…”


La quiétude : En haut du sommet les contractions se calment. À dilatation complète, en haut de son Everest, la femme à cet instant peut ressentir un sentiment de paix intérieure. Ce temps lui permet de se reposer et de se reconnecter. Cette pause peut être plus ou moins longue. L’envie de pousser n’est pas immédiate, c'est normal. Le col est simplement ouvert sur la tête du bébé.


La marrée : Les vagues reprennent, les contractions emmènent le bébé à glisser vers le bas. Une fois arrivé au niveau du périnée, les contractions de l'émergence arrivent.


L’émergence : Quand le bébé est là, le réflexe d’éjection permet de faire naître le bébé. La mère est dans sa puissance la plus grande, connectée profondément à son côté animal. L’ocytocine inonde son corps.


Le retour : Le bébé est né. Pour aller à la rencontre de son enfant, la mère a besoin de retrouver sa conscience. Pour certaines le retour prend une fraction de secondes. Pour d’autres il peut prendre quelques minutes, c’est okay.


La découverte : À travers l’abondance d’ocytocine, la mère cueille son enfant. Il est important que le personnel médical, l’accompagnant(e)... se retirent. La mère accueille son bébé. Encore attaché à son placenta, il se roussit de plus en plus et gagne en vigueur. Dans le calme, le couple se concentre sur l’arrivée de leur enfant.

La naissance n’est pas terminée.


L'achèvement : L'achèvement devrait se faire en douceur, dans l’heure qui suit la naissance du bébé. Grâce à la sécrétion d’ocytocine de la première tétée, le placenta se détache et naît à son tour.


Le tissage : Cette ascension touche à sa fin en étant la première étape d’un long voyage qui durera toute la vie.


Si vous vous apprêtez à donner naissance, Karine La propose des préparations en ligne sur son site internet Quantik Mama.


Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page